Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left Tout aussi dangereux que la déshydratation?

Des chercheurs montréalais dévoilent les mécanismes de l’hyperhydratation conduisant à l’hyponatrémie

22 mai 2018

Nous sommes tous assez familiers avec les conséquences de la déshydratation, mais nous entendons rarement parler des effets néfastes de l’hyperhydratation. En effet l’accumulation excessive de fluide peut entraîner une diminution des taux de sodium dans le sang – qui peuvent baisser à des niveaux dangereusement faibles - ou peut provoquer une hyponatrémie, maladie potentiellement mortelle pouvant entraîner de l’œdème cérébral. De manière similaire, on connaît davantage les mécanismes de l’organisme qui détectent et provoquent la soif, alors que l’on sait très peu de choses sur la manière dont le cerveau détecte un état d’hyperhydratation.

« L’hyponatrémie se produit dans des états pathologiques courants, dont les lésions cérébrales, un sepsis et l’insuffisance cardiaque, ainsi que lors de la consommation de drogues, comme la MDMA couramment appelé ecstasy », explique le professeur Charles Bourque, dont l’équipe du Centre de recherche en neurosciences à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) vient d’identifier un élément clé de l’énigme entourant la manière dont notre cerveau détecte l’hyponatrémie et régule l’hyperhydratation. Cette nouvelle étude, publiée aujourd’hui dans Cell Reports, lève le voile sur le mécanisme fondamental de détection de l’hyponatrémie dans le cerveau.

« Nos données précises auront de l’importance pour les personnes qui étudient l’homéostasie hydrominérale et électrolytique des fluides, de même que pour les cliniciens qui soignent des patients atteints d’hyponatrémie », commente le professeur Bourque, scientifique au sein du Programme en réparation du cerveau et en neurosciences intégratives de l’IR-CUSM, et professeur au Département de neurologie de l’Université McGill. L’hyponatrémie est une condition plus répandue chez les patients âgés; elle peut entraîner des troubles cognitifs et des crises d’épilepsie chez cette tranche de la population plus vulnérable. Bien que l’on ne sache pas encore avec certitude comment l’hyponatrémie se développe, une défaillance du mécanisme du cerveau régulant l’hydratation pourrait bien être à l’origine de cette condition.

En savoir plus