Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left Difficulté d'accès aux soins de santé pour les personnes à faible revenu atteintes du VIH/sida

Une étude révèle que les inégalités socioéconomiques influencent l’accès au traitement du sida, malgré l’universalité des soins de santé

18 avril 2018

Montréal — Les Québécois ne seraient pas tous égaux quant à l’accès au traitement antirétroviral pour le VIH/sida, révèle une étude rétrospective menée par une équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR‑CUSM) en collaboration avec des cliniques et des centres hospitaliers universitaires à Montréal. Les chercheurs ont observé que les personnes infectées par le VIH qui dépendent de l’aide sociale ou d’autres programmes de sécurité du revenu ne bénéficiaient pas d’un accès précoce au traitement antirétroviral, vraisemblablement à cause de leur statut socioéconomique faible.

Malgré l’universalité des soins de santé au Québec, les personnes à faible revenu luttent pour avoir un accès précoce au traitement antirétroviral dont elles ont besoin, comme l’indique l’étude publiée dans le Journal of the International AIDS Society. Le traitement antirétroviral précoce joue un rôle clé dans la réduction du nombre de problèmes de santé liés ou non au sida, qu’il s’agisse de maladies cardiovasculaires, de troubles rénaux, de troubles hépatiques, de troubles neurocognitifs ou de cancer chez les personnes atteintes du VIH. De plus, le traitement précoce réduit grandement le risque de transmission du VIH.

« Les résultats de notre étude démontrent la nécessité de prendre en considération les facteurs socioéconomiques pour mieux maîtriser l’épidémie du VIH au Canada. Il est possible que les personnes vulnérables sur le plan économique courent un plus grand risque de complications parce qu’elles ont accès plus tardivement au traitement antirétroviral », déclare l’auteur principal de l’étude, le Dr Jean-Pierre Routy, scientifique au sein du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l’IR-CUSM et hématologue au service des Maladies virales chroniques du CUSM. En savoir plus