Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left Penser au-delà des frontières de notre espace de travail : un lutrin pour le Programme en RCNI

Comment un lutrin peut-il devenir une œuvre d’art multidisciplinaire qui parle d’elle-même? Tout ce qui provient de l’initiative Convergence fait exactement cela, naissant d’abord de discussions continues entre les stagiaires en neurosciences du Programme en réparation du cerveau et en neurosciences intégratives (RCNI) à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) et les étudiants en beaux-arts de l’Université Concordia.

L’artiste Paméla Simard fut mandatée par le Programme en RCNI de remplacer le lutrin décrépit de la salle de symposium au site de recherche de l’Hôpital général de Montréal avec quelque chose de différent, une création avec une « touche unique et inspirante ». Keith Murai, neuroscientifique et chef du Programme en RCNI, fut impressionné par le travail produit par Paméla Simard en collaboration avec Hunter Shaw, un étudiant au doctorat en biologie supervisé par un autre chercheur du programme, Yong Rao, lors d’un cours innovateur à l’Université Concordia en 2017.

Le cours, DART461, se basait sur un cadre d’engagement entre les deux institutions dont le but était de favoriser les collaborations entre des étudiants de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia et des étudiants en neuroscience de l’Université McGill. Cristian Zaelzer, associé de recherche dans le laboratoire de Charles Bourque, a fondé l’initiative Convergence – Perceptions of Neuroscience en 2016 et participé au développement de ce cours. Des étudiants des domaines traditionnellement distincts ont collaboré afin d’en apprendre davantage sur les projets et les méthodes de chacun et ont créé une série d’œuvres d’art inspirées par la science. En collaboration avec Hunter Shaw, Paméla Simard a créé de superbes installations en pièces de bois laminé à la main à l’aide d’images microscopiques fluorescentes du cerveau d’une mouche à fruit.

Le protocole d’un artiste pour explorer le cerveau

Le 23 juillet dernier, Paméla Simard a joint les chefs du Programme en RCNI lors d’un événement auquel un grand nombre de personnes ont assisté dont le but était de présenter les dernières œuvres de sa connexion avec Convergence : le nouveau lutrin situé dans le Pavillon Livingston du site de l’Hôpital général de Montréal, que vous trouverez ci-dessous. Cette installation de bois représente les niveaux anatomique, cellulaire et moléculaire de la recherche en neurosciences. 

« Nous espérons que les chercheurs et les cliniciens qui regarderont le lutrin au cours des prochaines années le feront avec étonnement pour ce qu’ils reconnaissent en lui, mais également pour ce qu’ils ne reconnaissent pas, mais qui leur parle tout de même », Paméla Simard a-t-elle dit durant sa présentation intitulée « Exploring the BRaIN: An Artist's Protocol ».

Selon Keith Murai, la neuroscience et l’art ont plus en commun que les gens pensent. « Si vous pensez aux premières recherches sur le cerveau, dit-il, elles étaient effectuées par des personnes très créatives comme Santiago Ramón y Cajal. À l’époque, dans les années 1800 et au début des années 1900, les scientifiques n’avaient pas de microscopes sophistiqués et les appareils électroniques d’aujourd’hui et ne pouvaient se fier qu’à leur plume et leur feuille pour décrire ce qu’ils découvraient. Ils s’appuyaient sur leurs compétences artistiques de maintes façons afin de communiquer et de traduire ce qu’ils observaient. »

Alors que les technologies modernes et que les sujets de recherche scientifique de plus en plus spécialisés semblent éloigner les chercheurs de la quête artistique en recherche scientifique, il croit que le nouveau lutrin rappellera aux chercheurs le pouvoir du travail multidisciplinaire : « J’espère que ce projet nous inspirera tous à être collaboratif et unique, et à penser au-delà des frontières de notre espace de travail. Ainsi, la vie sera plus intéressante et nos contributions auront un impact plus important. »

Lisez-en davantage sur ce voyage créatif remarquable dans un blogue rédigé par Fernanda Pérez Juárez sur le site Web de Convergence : The power of multidisciplinary collaboration: A sculptor’s exploration of the brain

La Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia offrira le cours collaboratif (DART498/CART498/DART631) toute l’année en 2018-2019. Les étudiants en beaux-arts de Concordia et les étudiants de l’Université McGill dans un programme intégré en neurosciences (PIN) sont invités à s’inscrire. Apprenez-en plus

—publié le 7 août 2018