Retour

Maladie de Chagas : un risque pour la santé des Canadiens?

Des experts canadiens soulignent l’importance de la prévention et du dépistage de la maladie de Chagas chez les personnes d’origine latino-américaine

13 décembre 2017

Montréal/Winnipeg – Croyez-le ou non, un parasite qui se nourrit de sang et qui sévit dans les régions tropicales d’Amérique latine pourrait représenter un danger pour les Canadiens. Si certaines maladies infectieuses, comme la malaria ou le Zika, ont récemment fait les gros titres, la publication d’une nouvelle étude de cas dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) a braqué les projecteurs sur la maladie de Chagas, transmise par un insecte (connu en anglais sous le nom de « Kissing Bug »). Une équipe d’experts en médecine tropicale et en médecine de laboratoire de Winnipeg et Montréal met en garde les personnes originaires de certains pays d’Amérique centrale et d’Amérique latine, ainsi que leurs enfants, contre le risque de contracter la maladie de Chagas, même une fois installées au Canada. L’étude porte sur un cas de transmission mère-enfants pendant la grossesse, et soulève plusieurs questions sur la prévention et le diagnostic de la maladie à l’échelle du pays, où les individus potentiellement infectés, mais non diagnostiqués se comptent par milliers.

La maladie de Chagas est causée par un parasite appelé Trypanosoma cruzi, que l’on trouve essentiellement en Amérique latine, mais aussi, occasionnellement, dans le sud des États-Unis. Elle est transmise par la morsure ou le « baiser » d’un trianome appelé en anglais Kissing Bug, une variété de punaises qui se nourrit de sang humain et pique le visage de ses victimes. Le parasite pénètre dans l’organisme par les déjections laissées par l’insecte au point de piqûre. La maladie peut également être transmise de la mère au fœtus pendant la grossesse, par une transfusion de sang contaminé ou une transplantation d’organe d’un donneur infecté.

« Parce qu’elle se transmet de la mère infectée à son bébé sur au moins trois générations, la maladie de Chagas constitue un réel problème de santé publique », affirme Momar Ndao, chercheur au sein du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) et professeur adjoint au département de médecine à l’Université McGill, et co-auteur de l’étude. Il ajoute : « Comme il ne s’agit pas d’une maladie transmissible à déclaration obligatoire au Canada, on trouve peu de données sur le nombre de cas non diagnostiqués et non traités ». En savoir plus