Retour

Des chercheurs de l'IR-CUSM récompensés pour leurs projets en génomique novateurs

Génome Québec finance deux projets de traitement personnalisé à l’IR-CUSM visant à accélérer des traitements génétiques ciblés dès le diagnostic

25 avril 2018

Montréal – Génome Québec a récompensé des travaux novateurs visant à faire progresser la génomique et la santé de précision. En effet, les chercheuses-cliniciennes Dre Nada Jabado et Dre Ruth Sapir-Pichhadze, qui sont à la tête de ces travaux réalisés à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), comptent parmi les lauréats d’un concours national sur les traitements de précision en génomique.

Cancer du cerveau : améliorer les chances de survie et la qualité de vie chez l’enfant

La Dre Jabado, avec ses travaux sur le cancer du cerveau chez l’enfant, fait partie des quatre chercheurs au Québec lauréats du Concours 2017 - Projets de recherche appliquée à grande échelle « La génomique et la santé de précision » de Génome Canada, et s’est vue décerner un financement de 13 millions de dollars.

« Ces investissements majeurs permettront au Québec de se démarquer dans le domaine de la médecine de précision, et ce, pour le plus grand bénéfice des patients québécois, qui auront accès à de meilleurs soins grâce aux nouvelles applications de cette technologie de rupture. Félicitations aux équipes lauréates, dont les efforts permettront, plus que jamais, de mettre la génomique au service du citoyen et de la population », déclare Daniel Coderre, président-directeur général de Génome Québec. Au total, 58 millions de dollars ont été attribués à des projets dans la province.

L’équipe de la Dre Jabado du Programme en santé de l’enfant et en développement humain à l’IR-CUSM, s’est distinguée par son approche thérapeutique personnalisée du cancer du cerveau chez l’enfant, qui représente la première cause de décès liés au cancer chez les patients de moins de 20 ans. L’équipe, dirigée par la chercheuse et ses collègues, le professeur Jacek Majewski (Université McGill et IR-CUSM) et le Dr Michael Taylor (SickKids), ont pu améliorer l’efficacité les traitements en ciblant des modifications génétiques précises au diagnostic.

Prévenir le rejet et la perte précoce du greffe de rein

De son côté, la Dre Ruth Sapir-Pichhadze est cochercheuse principale d’un projet de 9,7 millions de dollars dirigé par l’Université de la Colombie-Britannique qui fait appel aux technologies génomiques pour réduire le risque de rejet dû aux anticorps. Ce type de rejet entraîne jusqu’à 30 % des pertes prématurées de reins greffés, qui sont responsables d’une reprise de la dialyse et, souvent, d’un décès prématuré. L’équipe de la Dre Sapir-Pichhadze, qui travaille au Centre de recherche évaluative en santé de l’IR-CUSM, cherche à améliorer le jumelage des donneurs et des receveurs, à explorer un traitement médicamenteux plus personnalisé et à améliorer le dialogue entre les patients et les intervenants. Elle désire ainsi réduire le fardeau et les coûts des soins de santé, améliorer les taux de survie et la qualité de vie des patients et bonifier les soins aux patients atteints de maladies chroniques majeures au Canada.

En savoir plus