Retour

Courir contre toute vraisemblance pour la myélite transverse : un membre du personnel de recherche franchit la ligne d’arrivée dans une dixième province

Le 11 octobre, Kimberley Kotar, coordonnatrice de recherche clinique, a participé au Victoria Goodlife Fitness Marathon afin d'atteindre un objectif qu'elle s'était fixé : dix provinces, dix marathons. L'idée était d'amasser des fonds pour les enfants atteints de myélite transverse (MT) et de sensibiliser les gens à cette cause. Le vrai défi était qu'elle-même vit avec la MT, un trouble neurologique causé par une inflammation d'un segment de la moelle épinière.

En tant que membre du personnel de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), Kotar avait des amis et des collègues de plusieurs laboratoires de recherche clinique pour l'encourager. Elle pouvait également compter sur le soutien de ses confrères et consœurs également atteints de la MT. Ces derniers sont membres de l'Association canadienne de myélite transverse, qu'elle a fondée en 2010. 

« Kim a réussi à faire ce que la plupart des gens croiraient impossible, explique le Dr George Thanassoulis, superviseur de Kimberley et chercheur au sein du Programme de recherche en santé cardiovasculaire au long de la vie à l'IR-CUSM. J'espère que son histoire motivera les gens à être actifs et à réaliser leurs rêves, peu importe leur situation. »

Questions/Réponses avec Kimberley Kotar

Comment a commencé ce voyage à travers le Canada?
KK : Il y a 9 ans, ma vie a profondément changé lorsque j'ai reçu un diagnostic de myélite transverse après avoir été partiellement paralysée. Je me rappelle lorsque mon médecin m'a déclaré que je devrai oublier les marathons. Je n'aurais jamais imaginé créer une association nationale, et encore moins courir un marathon dans chaque province afin d'amasser des fonds et de sensibiliser les gens à la maladie. Malgré tout, j'ai couru le marathon de Montréal en 2008, puis terminé deux marathons à Boston et un à New York. J'ai ensuite décidé de traverser le Canada.

Avez-vous douté de vous-même?
KK : Lorsque j'ai planifié de courir un marathon dans chaque province, moi-même ne croyais pas y arriver. Mais comme tout le reste au fil de mon périple, je savais que je devais essayer. 

Comment s'est passé le marathon de Victoria?
KK : La course fut difficile, le trajet étant sur une route inclinée. J'ai également dû composer avec de nombreux symptômes de la myélite transverse. J'ai parcouru le circuit en 3 h 55 min 46 s.

Comment vous êtes-vous sentie lorsque vous avez franchi la ligne d'arrivée à la dixième province?
KK : Mon retour fut une expérience incroyable et l'atteinte de cet objectif est un événement exceptionnel et unique. Je me sens très privilégiée, car j'ai pu faire ce que seulement 31 personnes dans le monde ont réussi à accomplir malgré leur diagnostic de myélite transverse.

Quelle est la prochaine étape?
KK : Un marathon en mai, probablement sur la côte Est des États-Unis. Il semble que l'Islande sera mon objectif suivant. J'ai l'intention de continuer à me concentrer sur la sensibilisation et sur les collectes de fonds afin d'aider d'autres personnes touchées par la myélite transversale.