Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left Un essai clinique innovant de l’IR-CUSM évalue l’hydroxychloroquine pour la prévention et le traitement de la COVID-19

Initialement restreinte aux travailleurs de la santé au Québec, l'étude clinique est maintenant ouverte à tous les adultes admissibles

Publié le 29 mars 2020 | Mis à jour le 6 avril 2020

Montréal – Déterminés à lutter contre la propagation de la pandémie de COVID-19, des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) ont lancé un essai clinique novateur auquel les gens peuvent s'inscrire en ligne et participer entièrement depuis chez eux. L'étude permettra d’évaluer si l’hydroxychloroquine (HCQ) - un médicament approuvé par Santé Canada et utilisé pour traiter la malaria et certaines maladies auto-immunes comme le lupus - peut empêcher les gens de contracter la COVID-19 après une exposition au virus du SRAS-CoV2 et s'il peut réduire les complications et les décès liés à la maladie. Coordonné avec une vaste étude dirigée par le Dr David Boulware de l'Université du Minnesota, l'essai clinique se déroule non seulement au Québec, mais aussi au Manitoba, en Alberta et aux États-Unis.

Le Dr Todd C. Lee est membre du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l'Institut de recherche du CUSM, et il mène ses recherches au Centre de recherche évaluative en santé
Le Dr Todd C. Lee est membre du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l'Institut de recherche du CUSM, et il mène ses recherches au Centre de recherche évaluative en santé

Avec cet essai, les chercheurs espèrent montrer que la HCQ peut diminuer le risque de propagation du virus chez les personnes exposées aux personnes infectées, réduire la progression vers une maladie grave nécessitant une hospitalisation et un support respiratoire, et diminuer le nombre de décès dus à la COVID-19. Des études d'observation ont suggéré que la HCQ pourrait avoir une certaine action contre la COVID-19, mais des preuves doivent être recueillies pour confirmer les options de traitement potentielles.

« L'hydroxychloroquine est un médicament sécuritaire qui existe depuis longtemps, et nous espérons qu'il pourra aider à résoudre la crise de santé publique dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui, déclare le chercheur principal, le Dr Todd C. Lee, scientifique à l'IR-CUSM et professeur agrégé de médecine, division des maladies infectieuses à l'Université McGill. Nous sommes ravis que le Québec soit à la tête de cette étude au Canada et de pouvoir offrir à la population une option de traitement prometteuse ».

Dans cette étude à deux branches, un comprimé de HCQ ou un placebo sera administré aux participants à l’essai clinique qui ont des résultats d’analyse positifs à la COVID-19 ou qui ont une exposition à haut risque à des personnes infectées. L'étude a débuté le 26 mars 2020 avec l'inscription des travailleurs de la santé qui ont été exposés à des patients atteints de COVID-19, et est maintenant ouverte à tous les adultes admissibles dans la province de Québec.

La Dre Emily McDonald est membre du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l'Institut de recherche du CUSM, et elle mène ses recherches au Centre de recherche évaluative en santé
La Dre Emily McDonald est membre du Programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l'Institut de recherche du CUSM, et elle mène ses recherches au Centre de recherche évaluative en santé

« Nous avons désespérément besoin d'un traitement pour prévenir la propagation de la COVID-19 parmi les professionnels de la santé, déclare la Dre Emily G. McDonald, chercheuse à l'IR-CUSM et directrice de l'Unité d'évaluation des pratiques cliniques du CUSM. Pour que les médecins et les infirmières puissent continuer à traiter les patients, et pour leur propre sécurité, nous avons besoin d'un traitement éprouvé qui les protège s'ils sont accidentellement exposés au virus du SRAS-CoV-2. »

« Il est primordial de prévenir la propagation de la COVID-19, ajoute le Dr Lee. Nous avons besoin d'un traitement dont l'efficacité est prouvée afin de pouvoir diminuer la propagation du virus entre les personnes qui ont été exposées. »

Admissibilité des participants

Les participants sont admissibles au volet traitement de l'essai clinique s'ils ont un diagnostic confirmé de COVID-19, si leurs symptômes ont commencé au cours des trois ou quatre derniers jours et s'ils sont en isolement à domicile. Pour être admissibles au volet prévention, les participants doivent vivre avec une personne atteinte de la COVID-19, ou avoir subi une exposition à haut risque à une personne atteinte de la COVID-19 au cours des trois ou quatre derniers jours et ne pas encore montrer de symptômes.

Les adultes admissibles peuvent s'inscrire en ligne par le biais d'un processus d'autoréférence après avoir répondu à une série de questions. Compte tenu de la nature contagieuse de la maladie, les participants n'auront pas de rendez-vous médical en personne avec les chercheurs. Au lieu de cela, le médicament ou le placebo leur sera envoyé le lendemain du jour de leur admission et de leur inscription. Ils prendront ensuite le médicament ou le placebo pendant cinq jours et répondront à des sondages en ligne supplémentaires.

Les personnes qui répondent à ces critères et qui souhaitent participer à l'essai clinique sont priées de visiter covid-19research.ca pour accéder au questionnaire de sélection afin de déterminer leur admissibilité.

Remerciements

Cette étude clinique est rendue possible grâce au financement de l'Unité d'évaluation des pratiques cliniques du CUSM (UEPC) et au soutien de la plateforme d'essais cliniques MI-4.

Les chercheurs tiennent à remercier le Dr David Boulware, de l'Université du Minnesota, qui a créé l'étude aux États-Unis et avec qui ils ont travaillé pour faire de l'étude canadienne une réalité, ainsi que les partenaires de l'Université du Manitoba (Dr Ryan Zayrchanski, chercheur principal) et de l'Université de l'Alberta (Dr Ilan Schwartz, chercheur principal).

À propos de l’IR-CUSM

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé. Établi à Montréal, au Canada, l’Institut, qui est affilié à la faculté de médecine de l’Université McGill, est l’organe de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) – dont le mandat consiste à se concentrer sur les soins complexes au sein de sa communauté. L’IR-CUSM compte plus de 460 chercheurs et près de 1 300 étudiants et stagiaires qui se consacrent à divers secteurs de la recherche fondamentale, de la recherche clinique et de la recherche en santé évaluative aux sites Glen et à l’Hôpital général de Montréal du CUSM. Ses installations de recherche offrent un environnement multidisciplinaire dynamique qui favorise la collaboration entre chercheurs et tire profit des découvertes destinées à améliorer la santé des patients tout au long de leur vie. L’IR-CUSM est soutenu en partie par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). ircusm.ca

À propos de l’UEPC

L'unité d'évaluation des pratiques cliniques a été créée en 2016 grâce à un financement du Département de médecine. L'unité de recherche cherche à étudier les soins de santé de grande valeur et l'utilisation appropriée des ressources de santé.

À propos de la plateforme d'essais cliniques MI-4

La plateforme fournit l'infrastructure nécessaire à la mise en œuvre de nouvelles études et aide les chercheurs à lancer des essais cliniques randomisés sur les maladies infectieuses et l'immunité.

Personne-ressource pour les médias

Fabienne Landry
Communications, Recherche
Centre universitaire de santé McGill
Cell 514 812-7722
fabienne.landry@muhc.mcgill.ca