Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left 15 000 tests de dépistage de la COVID-19 livrés au Département clinique de médecine de laboratoire du CUSM : un pas vers l’autosuffisance canadienne
Des membres de l’équipe de l’Université McGill (Centre de recherche en biologie structurale) et de l’Institut de recherche du CUSM, de gauche à droite : Dr. Marcel Behr, Suzanne Bechstadt, Ph. D., Dr. Raymond Tellier, Maureen McKeague, Ph. D., Don van Meyel, Ph. D.
Des membres de l’équipe de l’Université McGill (Centre de recherche en biologie structurale) et de l’Institut de recherche du CUSM, de gauche à droite : Dr. Marcel Behr, Suzanne Bechstadt, Ph. D., Dr. Raymond Tellier, Maureen McKeague, Ph. D., Don van Meyel, Ph. D.

24 septembre 2020

Source : CUSM. En juillet 2020, le département clinique de médecine de laboratoire du CUSM a reçu 15 0000 tests de dépistage fabriqués au Québec, par une équipe de chercheurs du Centre de recherche en biologie structurale de l’Université McGill (CRBS) et de l’Institut de recherche du CUSM. Cette livraison témoigne d’un travail de collaboration hors pair entre les différents groupes de scientifiques qui, dès le mois de mars, ont commencé à mettre au point une version canadienne du test de référence SARS-CoV-2. Le succès de cette initiative pourrait permettre un jour, une production locale suffisante pour assurer au Canada une autonomie dans sa capacité de dépistage — un élément clé de la gestion de la pandémie.

Les Drs Gerasimos J. Zaharatos et Raymond Tellier du département clinique de médecine de laboratoire sont heureux de pouvoir utiliser ces tests « maison » pour détecter la COVID-19, particulièrement dans un contexte où une deuxième vague est redoutée. « Les chercheurs de l’Université McGill, ont réussi à fabriquer suffisamment de réactifs pour réaliser 15 000 tests diagnostiques, utilisables dès maintenant. Tout un exploit de la part des chercheurs qui sont parvenus à synthétiser, en quelques mois seulement, la mixture d’enzymes, les amorces et les sondes nécessaires pour faire le test moléculaire par transcription inverse et par amplification en chaîne par polymérase (RT-PCR), » précise le Dr Raymond Tellier, qui a joué un rôle-conseil de premier plan auprès des équipes de chercheurs de l’Université McGill.

Martin Schmeing, Ph.D., directeur du CRBS et Don van Meyel, Ph. D., directeur du Centre de biologie translationnelle de l’Institut de recherche du CUSM, sont les responsables du projet et souhaitent que ce jalon soit un premier pas vers une autosuffisance canadienne. Tout est en place pour passer à un stade de production industrielle, les installations, les ressources et le savoir-faire.

Une fois les échantillons prélevés par écouvillons dans les différentes cliniques, ils sont ensuite acheminés aux laboratoires pour faire l’objet d’analyse. Pour effectuer les tests de détection de la COVID-19, il faut des instruments sophistiqués, des technologues de laboratoire spécialisés et des trousses de dépistage composées de mélanges complexes de réactifs. Ces réactifs sont très recherchés au Canada et au Québec et des pénuries ont été observées au cours des derniers mois. « Actuellement, la plupart des composantes des trousses de dépistage de type RT PCR sont fabriquées par des multinationales, et la demande mondiale pourrait éventuellement affecter la chaîne d’approvisionnement et les capacités de dépistage de plusieurs pays, explique Don van Meyel. Les décisions à savoir qui tester et quand tester pour détecter le virus qui cause la COVID-19 sont cruciales et ne doivent pas être limitées par la plus ou moins grande disponibilité des trousses de dépistage. »

Le Dr Gerasimos J. Zaharatos, chef de la division de la microbiologie médicale du CUSM, note à quel point les efforts des chercheurs de l’Université McGill, en pleine période de la pandémie, ont été remarquables et encourageants. « Je suis tellement impressionné par la passion, la générosité et le dynamisme de nos collègues de McGill », déclare le Dr Zaharatos. « La livraison de ces 15 000 tests témoigne de l’énorme potentiel de collaboration entre les chercheurs de l’Université McGill et nos établissements de soins de santé. Nous savons que nous pouvons compter sur le travail des chercheurs de McGill. J’espère que leur capacité à contribuer à notre inventaire sera reconnue aux niveaux national et provincial alors que le début de la saison des virus respiratoires approche ».

Les scientifiques du CRBS, Maureen McKeague, Ph. D., professeure adjointe au département de chimie et de pharmacologie de l’Université McGill et Susanne Bechstedt, Ph. D., professeur adjointe au département d’anatomie et biologie cellulaire, ne cachent pas leur fierté d’avoir pu participer à l’élaboration de ces 15 000 tests : « Nous sommes très heureuses d’avoir pu faire partie de ce projet. Les équipes du département clinique de médecine de laboratoire du CUSM ont été très aidantes dans la validation rapide de nos travaux, nous avons bénéficié d’un appui extraordinaire de leur part. »

Le projet a été rendu possible grâce à un partenariat avec le Conseil national de recherches du Canada et un financement de démarrage de 150 000 dollars, provenant de la Fondation du Centre universitaire de santé McGill, par le biais de l’initiative interdisciplinaire de l’Université McGill pour les maladies infectieuses et de l’immunité (MI4), co-dirigée par le Dr Marcel Behr, de même qu’à des fonds de 50 000 dollars, provenant de la Faculté des sciences de l’Université McGill.

De plus, le projet a reçu l’appui financier de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC). « L’appui de DEC au Centre universitaire de santé McGill a permis de répondre à ce besoin urgent et important. La production de ces 15 000 tests est le fruit d’un travail exceptionnel effectué par les chercheurs de l’Université McGill. Ils font partie des Canadiens qui se serrent les coudes et font des sacrifices pour contribuer à limiter la propagation du virus et nous en sommes très fiers et reconnaissants », souligne l’honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles et ministre responsable de DEC.