Retour

Reprogrammer les cellules immunitaires innées pour lutter contre la tuberculose

Le travail novateur de chercheurs canadiens promet des vaccins plus efficaces contre la tuberculose et d’autres maladies infectieuses comme la grippe

11 janvier 2018

MONTRÉAL– La tuberculose (TB), une maladie infectieuse qui attaque les poumons, fait une victime toutes les 20 secondes et tue 1,5 million de personnes dans le monde chaque année. La guérison échappe aux chercheurs depuis plus d’un siècle, mais aujourd’hui, une équipe de chercheurs de Montréal pourraient avoir découvert une nouvelle arme pour combattre cet ennemi mortel. L’équipe reprogramme ou « entraîne » les cellules immunitaires pour qu’elles éradiquent la tuberculose. Leurs conclusions révolutionnaires sont publiées aujourd’hui dans la revue scientifique Cell.

« Le vaccin BCG actuellement disponible n’est pas efficace. Les traitements antibiotiques actuels sont toxiques et ont permis le développement de souches résistantes du bacille tuberculeux. L’ère des antibiotiques touche à sa fin, et nous allons avoir de sérieux problèmes si nous ne trouvons pas une autre approche », affirme l’auteur-correspondant principal, le Dr Maziar Divangahi, immunologue pulmonaire et spécialiste de l’immunité antituberculeuse à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM).

En travaillant avec le Dr Luis Barreiro, généticien à l’Université de Montréal (UdeM), et son équipe au CHU Sainte-Justine (hôpital pour enfants) affilié à l’UdeM, les chercheurs ont pu décortiquer et cerner les voies génomiques participant au déclenchement d’une réponse immunitaire innée renforcée contre la tuberculose. En savoir plus