Newsletter - Banner

Fil d'ariane

Agrégateur de contenus

angle-left Résultats du Programme de financement d'urgence de la recherche sur la COVID-19 (1re ronde)

Des chercheurs de l’IR-CUSM ont reçu du financement de la Fondation du CUSM pour des projets à fort impact potentiel à court terme

14 avril 2020

Source: MI4 et la revue McGill News Alumni. Grâce au généreux soutien de la Fondation du Centre universitaire de santé McGill et de ses partenaires, l’Initiative interdisciplinaire en infection et immunité (MI4) a octroyé du financement à 16 projets dans le cadre de la première ronde du Programme de financement d’urgence de la recherche sur la COVID-19 pour une somme d’environ 1 500 000 $. Treize membres de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) sont parmi les chercheurs principaux de nouveaux projets financés pour leur innovation, leur faisabilité et leur potentiel d’impact à court terme.

MI4

En collaboration avec des collègues de l’initiative MI4, des chercheurs de l’IR-CUSM mèneront les projets suivants:

Une étude mondiale à grande échelle sur les impacts de la COVID-19 sur la santé mentale et les mesures d’atténuation comme la distanciation sociale, surtout chez les personnes souffrant déjà de conditions médicales chroniques, ainsi qu’un essai d’une intervention conçue pour réduire les effets négatifs sur la santé mentale.

  • Andrea Benedetti, Susan Bartlett, et des collègues de l’initiative MI4, Brett Thombs, Linda Kwakkenbos, John Varga, Scott Patten, Nicole Culos-Reed et Shannon Hebblethwaite

Des modèles statistiques et mathématiques de transmission de la maladie de COVID-19 qui fourniront des mises à jour quotidiennes à l’échelle provinciale sur l’état de l’épidémie au Québec et au Canada. Cela permettra de faciliter la prise de décision au niveau du gouvernement provincial en fournissant des prévisions en temps réel du rythme de propagation de la COVID-19, de la demande en matière de soins de santé et de l’impact des mesures de distanciation sociale et d’autres stratégies préventives.

  • David Buckeridge et des collègues de l’initiative MI4, Mathieu Maheu-Giroux, Dimitra Panagiotoglou, Alexandra Schmidt, Nicole Basta, Yiqing Xia, Arnaud Godin et Dirk Douwes-Schultz

Le développement de médicaments pouvant prévenir la transmission du coronavirus d’une cellule à l’autre et stoppant potentiellement la maladie avant qu’elle ne se propage dans le corps.

Chercher des manières de cibler le microbiome intestinal - la vaste communauté microbienne vivant dans l’intestin - pourrait s’avérer une option de traitement contre la COVID-19. Cette étude se base sur la preuve existante que le microbiome intestinal affecte notre réponse immunitaire à l’infection respiratoire, que la maladie apparaît dans des écouvillons fécaux et des échantillons de selle, et que les patients de COVID-19 atteints de symptômes gastro-intestinaux sont souvent touchés par des résultats plus graves.

Un essai à l’échelle de la province pour tester l’efficacité de l’hydroxychloroquine, un médicament contre la malaria qui a produit des résultats positifs limités dans des études à moins grande échelle et qui nécessite une confirmation, pour la prévention et le traitement précoce de la COVID-19. Le Dr Todd C. Lee coordonne une étude nationale impliquant d’autres provinces et cet essai canadien est associé à une étude menée aux É.-U. pour générer des résultats le plus rapidement possible.

Un essai clinique pour tester l’efficacité de médicaments existants contre la COVID-19, dans l’espoir qu’ils puissent améliorer les résultats pendant qu’un vaccin est en cours de développement. L’effort fait partie d’une plus grande initiative mondiale sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé.

Examiner les coûts médicaux et économiques et les avantages de plusieurs stratégies de dépistage de la COVID-19 : le dépistage répandu, mais ciblé d’individus, plus particulièrement des personnes avec qui les cas confirmés sont entrés en contact, des travailleurs essentiels, des travailleurs et des étudiants, ainsi que le dépistage universel. Ces données favoriseront la politique de dépistage au Québec, au Canada et dans d’autres pays.

  • Dick Menzies et un collègue de l’initiative MI4, Jonathon Campbell

Travailler avec des collaborateurs internationaux pour mieux comprendre la réponse immunitaire à la COVID-19, définir les fonctions d’immunité antivirales au niveau moléculaire dans le but de développer des analyses pour déterminer qui est immunisé et favoriser le développement d’un vaccin.

Un essai clinique randomisé pour déterminer si une classe de médicaments fréquemment prescrits utilisés pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires et d’hypertension artérielle contribue aux résultats parmi les individus infectés à la COVID-19. Cette étude fournira une direction importante pour la gestion des maladies du cœur et de l’hypertension artérielle durant la pandémie de COVID-19.

Entreprendre une étude clinique pour identifier les biomarqueurs pouvant aider à prédire les résultats de maladie et les réponses aux traitements de patients individuels. Cette étude est financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et elle est liée à des efforts mondiaux pour déterminer les biomarqueurs efficaces de la COVID-19.

  • Erwin Schurr et des collègues de l’initiative MI4, Matthew Cheng et Guillaume Bourque

Étudier comment les stratégies de dépistage hautement ciblées pourraient réduire la période d’isolation des travailleurs de la santé à la suite d’une exposition à la COVID-19. L’objectif est d’utiliser un dépistage ciblé précoce pour identifier ces travailleurs de la santé pouvant retourner au travail en toute sécurité aussi tôt qu’une semaine avant que la quarantaine complète de 14 jours ne soit complétée, tout en assurant l’isolation des personnes infectieuses. Ainsi, une main-d’œuvre vitale serait préservée tout en assurant la sécurité des patients.

Développer une production locale à grande échelle d’ingrédients clés pour l’analyse de la COVID-19. Ces matériaux sont actuellement produits à l’extérieur du pays, et le Canada doit lutter pour se procurer de l’équipement et des fournitures rares. L'objectif du projet est d’assurer une quantité adéquate de tests pour les Canadiens et de soutenir les stratégies de dépistage répandues pour aider à contrôler la propagation de la COVID-19 plus efficacement.

  • Don van Meyel et un collègue de l’initiative MI4, Martin Schmeing

Ce financement fut rendu possible grâce à la générosité de la Fondation Hewitt, feu Elspeth McConnell et la Fondation de la famille Trottier, par l’entremise de leurs dons à la Fondation du CUSM. La Division de cardiologie au Centre universitaire de santé McGill et le Centre de biologie structurelle de McGill ont également offert du co-financement, soutenant chacun l’une des propositions.

L’initiative MI4 accepte actuellement des propositions pour la deuxième ronde du Programme de financement d’urgence de la recherche. Veuillez vous référer au site Web de la MI4 pour la liste de tous les projets financés dans la première ronde et des renseignements sur le prochain appel de propositions.

Nouvelles connexes
« Emergency fund supports MI4 research on COVID-19 », revue McGill News Alumni Magazine
« MI4, Leader de la Riposte COVID-19 », Fondation du Centre universitaire de santé McGill